Comment faire des produits de cosmétique à partir de cueillette sauvage ?

visibility368 Views comment0 comments person Posted By: Claire Le Jannou list In: L'histoire des marques

La tradition et la cueillette sauvage

Depuis la plus haute Antiquité, l’homme s’est soigné par les plantes. Aujourd’hui, la science et l’analyse moléculaire, les avancées en médecines nous permettent d’identifier des groupes de molécules et d’expliquer certains de leurs effets. Mais la science n’a pas encore résolu toute la complexité biologique de la phytothérapie…

Jusqu’au XIXeme siècle, le médecin, en homme sensé, utilisait la pharmacie du bon Dieu pour soigner les maladies. Mais l’arrivée de la chimie et les techniques d’isolation des molécules, puis la fabrication de molécules de synthèses ont fait que, peu à peu, on a considéré les plantes comme des « réserves à molécules utiles ». Une vision excessive qui provoque dans les années 70 un contrecoup sous la forme d’une vague verte qui pousse la phytothérapie au premier plan. Aujourd’hui la modernisation des médecines naturelles comme l’aromathérapie dans les centres hospitaliers permet de développer et de revaloriser les plantes comme médecines holistiques. Nous nous trouvons dans un clivage entre les thérapies naturelles douces et la médecine allopathiques qui, je l’espère, saura tendre vers une relation de complémentarité.

Chez Milefolia, la complémentarité s’exprime naturellement dans nos formules et nos méthodes de travail. Par exemple, nous nous appuyons sur des ouvrages d’ethnobotanique et d’études scientifiques pour élaborer nos formules en fonction des recherches qui sont menées sur les plantes. Nous préférons ensuite utiliser des méthodes de cueillettes et d’extraction douces, en symbiose avec notre territoire sauvage. Ce n’est pas tant la quantité de molécule obtenue dans le produit final qui nous intéresse mais sa capacité à offrir tous les bénéfices d’une plante, porteuse d’une médecine vivante. 

Dans l’utilisation des différentes parties des plantes, il apparaît que le totum d’une plante est d’une grande importance dans l’efficacité du remède. C’est à dire que la plante entière, ou la partie de la plante, est plus efficace que la somme des composants. Certains osent la comparaison avec une horloge, expliquant que l’étude des différentes pièces et rouages qui la composent ne permet pas de comprendre son fonctionnement. Aujourd’hui encore, la plupart des mécanismes d’action des plantes sur notre organisme restent inconnus pour nos médecins. Comment expliquer et décrire les interactions physico-chimiques internes qui se jouent entre deux corps vivants - la plantes et notre organisme ? On mesure à peine à quelle point la tâche est ardue !  Il y a une incroyable richesse moléculaire en mouvement constant, des effets de rétroaction innombrables, des conditions particulières infinies… Un univers immense de potentiels. Un mystère qui rend le vivant si magique…

Pourtant, il y a des milliers d’années que nos anciens cueillent les plantes, pour leur nourriture, leur médecine, leur pigments et bien d’autres utilisations. Comment savait-on quelle plante utiliser plutôt qu’une autre ? L’expérience ? Le hasard ? La communication inter-espèce ? L’intuition ? Mystère… On ne peut que constater le résultat d’années de traditions et de transmissions chez nos ancêtres qui vivaient immergés au milieu du végétal qui les entouraient. 

Les cueillettes de guérison étaient particulièrement ritualisées. On choisissait le moment de récolte avec soin, en fonction notamment du cycle solaire, lunaire et du moment de la journée. Une série de gestes, de chants et d’incantations plus ou moins complexes s’adressait aux esprit des plantes et des lieux. On demandait protection et bienveillance de la part des esprits qui accompagnaient la cérémonie. Tout cela précédait l’acte de cueillette, et la même attention était portée au geste du cueilleur, de son outil, de la récolte et du conditionnement de la plante suite à sa cueillette. Dans l'Antiquité, les Celtes avaient une Connaissance très approfondie des Arbres et des Plantes. La vision des Druides considérait la Plante ou l'Arbre comme un être vivant, doté d'un Esprit, dont la simple énergie pouvait guérir ou transformer l'Humain. On récoltait ainsi la plante dans son intégralité, son véritable totum, en accompagnant la cueillette physique des plantes de leur énergie et de leurs différents corps immatériels. Est-ce le maillon manquant qui permettrait d’expliquer ces inconnues que nos médecins peinent à comprendre ? Ils témoignent en tous cas la manière dont nos ancêtres comprenaient le monde.

Chez Milefolia, nous cherchons à tirer le meilleur parti entre les avancées modernes et des traditions. Pour cela, nous sommes très attentifs aux cycles naturels et au moment de nos récoltes qui s’accompagnent d’une prière de gratitude pour ce don de la nature. Ces attentions traditionnelles font partie de nos rituels car elles font sens pour nous. De plus, il a été observé que les concentrations des principes actifs dans les plantes varient en fonction du moment de la journée et des cycles naturels (lunaire notamment). Des recherches portent également sur la  modification de la structure de l’eau, et ainsi des tissus vivants qui composent la plante, en fonction de l’intention qui lui est portée. On constate ainsi qu’une intention de gratitude modifie positivement la structure physique de l’eau et des êtres vivants qui nous entourent.

Nous n’oublions pas que l’homme et les plantes vivent côte à côte depuis des dizaines de milliers d’années. Cette co-habitation immémoriale fait que nous sommes habitués à consommer, ingérer et digérer les différentes espèces médicinales et nutritives qui nous entourent. Ainsi, nous allons chercher à la main ces plantes qui poussent autour de nous depuis si longtemps car c’est pour nous l’unique moyen de récolter leur totum et de bénéficier ainsi de tous leurs bienfaits matériels et immatériels. Cette relation aux traditions se fait d’autant plus forte lorsque l’on pense que nos gestes perpétuent des gestes ancestraux, certainement réalisés au même endroit par d’autres hommes, d’un autre temps…

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi January February March April May June July August September October November December